Société

Les 5 raisons qui font de Macron un vecteur d’espoir (et pas qu’en France!)

17 mai 2017

Il est en poste depuis peu, mais dès l’annonce de sa victoire, nombreux sont ceux qui ont perçu son accession au pouvoir en France comme un message positif. Mis à part les avis de ceux hostiles au personnage et sceptiques quant à ses ambitions, qu’est-ce qui fait de Macron, un vecteur d’espoir? 1- Jeunesse peut! Qui a dit que jeunesse rimait avec inexpérience? Adieu les clichés réservant les postes de décision en politique à des adultes vieillissants! A 39 ans, il a pu devenir président de la République. De quoi faire de sa jeunesse un atout et capitaliser sur une expérience... [Lire la suite]

À la rencontre de Amira Hammami: L’art pour pousser les murs

5 mai 2017

Lorsque Amira Hammami parle de son parcours, les mots deviennent imagés et le parcours celui d’un rêve, rêve enfin réalisé. Amira se décrit comme une artiste humaniste et propose un projet de vision pédagogique qu’elle qualifie de « particulière »: « un atelier de lecture, écriture et d’arts plastiques qui connecte l’enfant avec la nature et le sensible ». Quoique n’ayant pas étudié l’art-thérapie, Amira en pratique l’essentiel au quotidien. Doctorante des Beaux-arts, cette jeune tunisienne a mis fin... [Lire la suite]

Dans les coulisses des villages SOS: Les détails d’une structure peu connue

29 avril 2017

Le concept des centres SOS accueillant des enfants en difficulté ou abandonnés est né en Autriche en 1949. C’est le médecin Hermann Gmeiner qui a créé le premier village à la 2ème guerre mondiale pour venir en aide aux enfants devenus orphelins. Son idée consistait en un accueil dans des maisons reproduisant le schéma familial où les enfants étaient dans un foyer les réunissant comme des frères et soeurs autour d’une mère SOS. SOS Tunisie, la structure: SOS existe en Tunisie depuis 1981, date du lancement du village de Gammarth. Depuis, trois autres villages ont vu le... [Lire la suite]

Habib Cheikhrouhou, le père d’Assabah, raconté par sa fille

28 janvier 2017

Il a fondé Dar Assabah, grand média tunisien, aujourd’hui au centre d’un débat visant la finalisation de sa cession. Ce projet de vie (passé partiellement entre les mains du gendre de Ben Ali et confisqué à la suite de la révolution par l’Etat tunisien) porte, en effet, dans son ADN, le nom d’un des pionniers de ce pays: Habib Cheikhrouhou, venu de Sfax à Tunis, dans les années de lutte anti-colonialiste, militer par les mots et par les actes. Plus qu’un projet éditorial, plus qu’une vocation informative, Habib Cheikhrouhou a été un porteur de projet... [Lire la suite]

10 suggestions de lecture pour « entrer » dans l’étude du monde arabe

27 janvier 2017

Découvrir le monde arabe via l’écrit, une approche incomplète certes, mais efficace pour appréhender des sociétés et des politiques en mutation. « Pour les personnes curieuses mais pressées, pour celles qui voudraient creuser mais qui jonglent avec plusieurs sujets, pour celles qui débutent et qui ont peur d’être noyées », Charles Thepaut, diplomate français passionné par la zone MENA, propose cette liste de lecture: 1) Les Arabes, leur destin et le nôtre, de Jean-Pierre Filiu qui trace une fresque historique très efficace pour bien avoir les éléments... [Lire la suite]

Bahi Ladgham raconté par sa fille

25 janvier 2017

18 janvier 1952, la Tunisie débutait sa bataille contre la colonisation. Une date marquant la révolte d’un peuple et celle d’une classe politique travaillant autour et en marge de Habib Bourguiba. Bahi Ladgham fait partie de ces hommes de la « période cruciale » devenus, une fois le combat fini, les leaders d’après indépendance. Retour sur l’oeuvre et la vie de cette figure de l’Histoire tunisienne, en compagnie de sa fille. Bahi Ladgham et sa fille Zohra (à 20 ans), à Paris où elle était étudiante Lorsqu’elle parle de son père,... [Lire la suite]

Mariée à 13 ans: Il est urgent de revoir nos lois

17 décembre 2016

Elle a 13 ans. 14, dans un mois, d’après le procureur de la République au Kef. Elle a été consentante, toujours selon lui, pour avoir une relation avec le beau-frère de ses deux soeurs. Elle en sera l’épouse d’après une décision de justice (voir article*) l’autorisant à se marier, à son âge, à celui qui est perçu comme son violeur. C’est qu’être consentante à 13 ans ne peut tenir comme argument pour de nombreuses personnes que l’affaire a choquées. C’est qu’à un aussi jeune âge, l’on ne peut avoir assez de discernement... [Lire la suite]

Jemna: La dictature du peuple ruine la République

11 octobre 2016

Nous pensions en avoir fini avec la dictature des dirigeants, nous voilà aux prises avec la dictature du peuple. Et elle en est à son énième épisode. Une démonstration de force de plus, de trop aussi, a eu lieu ce weekend à Jemna. Des terres, propriété de l’État, ont été exploitées illégalement par l’Association d’exploitation des palmeraies éponymes et le fruit de l’usurpation a été vendu en présence de représentants de partis politiques. Autrement dit, on a assisté à Jemna à une institutionnalisation du vol des biens publics. Argument présenté... [Lire la suite]

L’anarchie tue

28 juin 2016

Chers gouvernants, vous qui guettez la moindre de nos failles, qui veillez à nos mœurs de bons musulmans respectant le texte saint, pour vous a été lancée hier une pétition pour que soient interdits les quads à la plage. La chose a l’air bien simple. Et pourtant, c’est à nous d’attirer votre attention pour que vous nous protégiez et préserviez notre sécurité de l’incivisme des nôtres. Et l’incivisme a frappé samedi dernier. L’affaire a secoué la Tunisie. « Fait divers » a titré un des médias électroniques de la place. Et... [Lire la suite]

Quand le ramadan accentue nos défauts, nous sommes encore loin de l’avenir

11 juin 2016

Le mois de Ramadan est à son début. 30 jours de vie au ralenti pour une Tunisie qui n’a toujours pas trouvé son rythme de croisière. Côté administrations, c’est un laisser-aller aussi habituel que dangereux qui prime. Fonctionnaires absents ou en retard, service mou et rendement frôlant le zéro pour cent. Kamel Ayadi n’y pourra rien. La paresse en pareille saison est régulière et la conscience citoyenne, notion à l’intensité occasionnelle. Les paroles du ministre de la Fonction publique, de la gouvernance et de la lutte contre la corruption ne seront qu’un... [Lire la suite]