Politique

L’immigration clandestine en Tunisie, ultime cri de désespoir

6 juin 2018
 1 personne a aimé cet article

Plus de 50 corps ont été repêchés au large de Sfax, après le naufrage d’un chalutier à bord duquel auraient embarqué près de 200 personnes cherchant à rejoindre les côtes italiennes (On compte 68 rescapés). L’événement marquant de la semaine en Tunisie est des plus tragiques et pourtant c’est avec une amertume sourde qu’il a été accueilli. Un Etat qui peine à contenter les plus défavorisés et une société incapable de contenir ses maillons les plus faibles ne peuvent que vivre dans un  mélange de défaitisme et d’impuissance pareils drames humains. L’immigration... [Lire la suite]

Publié sur Le Monde: « En Tunisie, l’espoir d’une régénération de la classe politique »

17 mai 2018

La Tunisie sort d’une phase électorale importante sur les plans local et national. Les premières élections municipales d’après révolution, tenues le 6 mai, sont un reflet de sa situation actuelle et un signal pour l’avenir de sa démocratie. Une lecture des chiffres annoncés dans la soirée du 9 mai par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) permet de décrypter les dernières mutations de la scène sociopolitique tunisienne et ses perspectives d’évolution. Le taux le plus bas de votants est celui de la cité Ettadhamen, quartier pauvre de la capitale.... [Lire la suite]

La Tunisie entre révolte sociale et promesses politiques

14 janvier 2018

La Tunisie a vécu, la semaine dernière, plusieurs nuits d’émeutes, avec des protestations nocturnes qui ont touché différents gouvernorats. Ces manifestations avaient pour objectif de dénoncer, d’une manière pacifique, la hausse des prix, mais ont été émaillées par des actes de vandalisme, des vols et de la violence. A l’origine de la crise : Tout a commencé avec un hashtag: #fechnestannew » (Qu’est-ce que nous attendons?) qui se voulait comme un appel à l’action lancé à l’ensemble des Tunisiens. Pour dénoncer la cherté de la vie,... [Lire la suite]

Publié sur Le Monde Afrique: Immigration: Les candidats à la mort et le chant des sirènes

25 octobre 2017

Ils sont nombreux à vouloir répondre à l’appel du nord quitte à prendre le large à bord de dangereuses petites embarcations.  Seul les motive l’espoir d’un avenir différent de celui auquel ils se sentent voués, un avenir vécu comme une fatalité, celle du chômage et de la misère économique et sociale qui en découlent. Ils sont plus de 12 mille à avoir péri en Méditerranée entre 2014 et juin 2017, une fin qu’ils ont bel et bien envisagée dans l’élaboration de leur projet. Conditions de voyage difficiles, clandestinité, bandes organisées, rien de... [Lire la suite]

La Tunisie et le cercle vicieux de la petite histoire

22 mai 2017

Imed Trabelsi au centre de l’actu. Le clan Ben Ali refait surface et ce que l’on constate après le passage télévisé du gendre de Ben Ali, c’est que le malaise vis à vis de ceux qui ont pillé le pays est encore vif. Son intervention dans le cadre des auditions de l’IVD a remué dans la plaie le tranchant couteau de la corruption et celui de l’impunité. Des noms lancés à demi-mots, un rappel des injustices orchestrées, un aveu des erreurs, une volonté de dénoncer les souteneurs d’un système qui n’a pas cessé d’exister… Imed Trabelsi... [Lire la suite]

Interview- Inès Oueslati: Aucun gouvernement n’a les moyens de faire face à la crise

24 janvier 2016

Les Tunisiens sortent de nouveau dans la rue 5 ans après la révolution. Qu’est-ce qui ne va pas ? Cela fait cinq ans, en effet, que le Tunisien sait qu’il évolue dans le provisoire. Cinq ans de transition, trois présidents de la République, 5 chefs de gouvernement, des ministres par dizaines et autant de promesses électorales non tenues. Les lendemains meilleurs que les politiciens n’ont cessé de faire miroiter ont fini par ne plus séduire, voire par exaspérer. Les Tunisiens, que la crise économique a éprouvés, ont atteint leur seuil de patience, comme les politiciens les plus... [Lire la suite]

Interview – Inès Oueslati : La liberté ne se gagne pas par la peur

6 janvier 2016

Inès Oueslati est rédactrice en chef de la radio tunisienne ExpressFM. Un après l’attaque de Charlie Hebdo, elle revient pour Courrier international sur les conditions d’exercice du métier de journaliste dans son pays. Votre métier a-t-il changé après les attentats du 7 janvier ? J’exerce mon métier de journaliste un peu comme on s’adonne à une passion : en ne le percevant que par l’élan créatif. Ce sont des attentats comme ceux du triste 7 janvier 2015 qui nous rappellent que l’on peut mourir pour ses idées, pour ses écrits, pour ses dessins. Ce sont aussi des faits... [Lire la suite]