Interview de Omar El Behi, ministre du Commerce (Tunisie)

12 janvier 2019

La Tunisie intègre le Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa). Pour le ministre du Commerce, Omar El Behi, la multiplication d’accords bilatéraux permettra à ses entreprises d’exporter leur savoir-faire et de participer à l’essor de pays à fort potentiel.   Pourquoi la Tunisie a-t-elle rejoint, en juillet 2018, le Comesa ?  Nous sommes ravis d’avoir intégré ce consortium important qui regroupe 21 pays ; la Tunisie étant le 20e pays et, le 21e, la Somalie. L’espace regroupe plus de 500 millions d’habitants, donc plus de 500 millions de consommateurs... [Lire la suite]

Interview- « La Caisse des dépôts: Un modèle neuf pour l’Afrique » Boutheina Ben Yaghlane

12 octobre 2018

 Publié dans African Banker La Caisse des dépôts et consignation est l’une des rares institutions de Tunisie à afficher un résultat positif, avec un bilan total de 6,423 milliards de dinars et un résultat net de près de 55 millions de dinars fin 2017. Entretien avec sa directrice générale. La CDC est une forme hybride par rapport à ses prédécesseurs française et marocaine. Quelle en est la spécificité ? La Caisse des dépôts et consignation (CDC) tunisienne est une structure récente qui a été créée, après la révolution, en 2011, dans l’objectif de faire fructifier l’épargne... [Lire la suite]

Portraits de décideurs: Badreddine Ouali, un modèle de réussite à la tunisienne

1 octobre 2018

Article publié dans African Business (Octobre 2018) Manager hors pair, personnalité marquante et inspirante, Badreddine Ouali est un entrepreneur tunisien dont la réussite est, désormais, internationale. Il est aujourd’hui à la tête de plusieurs projets, notamment à portée sociale. Jeune homme ordinaire des faubourgs de Tunis, Badreddine Ouali a intégré l’école des Mines de Saint-Étienne. Un parcours universitaire qui lui a permis d’être embauché, peu après, par une société française spécialisée en ingénierie informatique et d’en être, à 27 ans, l’un... [Lire la suite]

Ils ont juré de mourir pour elle et, éternellement, à travers eux, elle vivra

9 juillet 2018

Ils avaient juré de mourir pour elle. Il avait juré qu’elle mourra, quitte à y laisser la vie. Ils avaient juré de la voir vaincre, remporter sa bataille contre le choléra. En finir avec les mites et les rats, les vipères, les renards, les loups, les vautours et les colombes, les chacals et les faces de rats. Ils avaient rêvé sa jeunesse, eux sa jeunesse glorieuse. Ils avaient rêvé de gloire, de réussite impétueuse. Ils avaient rêvé une carrière au service de la Nation, fierté de pères et de mères, de familles et de régions. Ils avaient rêvé famille, épouses et enfants.... [Lire la suite]

Lettre d’un naufragé en Méditerranée

4 juin 2018
 28 personnes ont aimé cet article

Je suis parti sans dire au revoir. J’ai pris le large et j’en ai exploré la profondeur. Mon embarcation a fait naufrage… Je ne suis plus des vôtres. Mais l’ai-je jamais été? Oui, c’est moi cet individu que vous ne regardez même pas , ce jeune qui rase les murs, cet étudiant qui a fini par rejoindre sa tribu de chômeurs. Je suis ce fils qui vous disait que son rêve le plus cher est d’envoyer sa mère à la Mecque et son projet le plus ambitieux est d’améliorer la maison de son père. Je suis ce citoyen qui a rêvé d’une Tunisie meilleure... [Lire la suite]

Municipales en Tunisie- 5 raisons pour ne pas s’abstenir

4 mai 2018

A quelques heures des élections municipales, nombreux sont les Tunisiens qui se disent déterminés à ne pas aller voter ou qui hésitent encore entre le choix, le non-choix et l’indifférence. Cette fébrilité d’avant-vote prend racine dans un contexte de désenchantement ressenti par bon nombre d’entre nous face à la progression des choses, une progression plutôt stagnante entraînée par une classe politique qui a généré autant de déceptions que les promesses qu’elle avait faites. Les promesses électorales n’engageant que ceux qui y ont cru, nombreux sont... [Lire la suite]

Ces prodiges maghrébins d’une littérature fantaisie

12 avril 2018

La littérature du Maghreb a ses piliers, mais elle repose aussi sur une nouvelle génération au talent qui, ouvrage après ouvrage, s’impose. Cette nouvelle garde d’une production francophone ancrée dans un contexte géographique et culturel particuliers, innove en styles et en thématiques. Certains ont choisi un champ d’action peu exploré par leurs prédécesseurs : le fantastique, un style innovant pour un lectorat autant en mouvance que l’imaginaire de ses auteurs. Voici une sélection de jeunes écrivains d’Algérie, du Maroc et de Tunisie qui sont une partie intégrante de l’avenir... [Lire la suite]

Belaid 5 ans après

6 février 2018

Il y a 5 ans, mourait l’homme et naissait un symbole. 5 ans en lesquels nous avons tissé notre propre rapport avec l’Histoire. Nous avons, d’une manière plus inclusive, vécu notre appartenance à notre pays. En a résulté une relation autre avec la patrie, une relation nouvelle pour la génération qui vivait les fêtes nationales comme de simples jours fériés. Nous avons vu de grands hommes connaître l’immortalité des icônes, nous avons vécu leurs sacrifices, connu, grâce à eux, les grandes émotions qui en découlent.  En cette période transitoire qui se... [Lire la suite]

Publié sur Le Monde Afrique: La Tunisie à l’épreuve des tisons de la discorde

10 janvier 2018

La Tunisie vit au rythme de tensions nocturnes. Protester contre une vie qui devient de plus en plus chère, a tourné aux émeutes. Les manifestations ont favorisé le chaos généré par des casseurs et ont abouti à des pillages et à diverses scènes de sauvagerie. Le citoyen qui voulait lancer un time’s up n’y est pour rien. Ses propres contestations lui échappent pour profiter à des intrus. Son message de colère a été parasité par des affrontements qu’il n’a pas cherchés. De victime il devient coupable. Pourtant, on lui avait expliqué, lui, qui fait ses premiers... [Lire la suite]

Publié sur Le Monde Afrique: Les sociétés arabes ont-elles aboli l’esclavage?

26 novembre 2017

L’affaire défraye la chronique depuis plusieurs jours: des candidats à la migration clandestine vendus comme une vulgaire marchandise en Libye. Oui, en 2017, pour quelques centaines de dollars, il est possible de vendre une vie humaine, tarifée selon la puissance physique du concerné. L’on vend en effet, des vies, un passé, un avenir, un état d’âme ramené au plus bas historique, l’on vend au plus offrant une Histoire de l’humanité qu’on pensait avoir vu évoluer, l’on vend la part d’humanité que l’on croyait évidemment ancrée en... [Lire la suite]